Navigation


Les ancêtres René Ancelin,

Claire Rousselot et Marie Jouin

 

L'ancêtre René Ancelin et ses épouses Claire Rousselot et Marie Jouin

René Ancellin, dit aussi Encellin et Ancelin, baptisé le 29 octobre 1609 à Bouildroux, fils de Mathurin Ancellin et de Marie Garsauld, est arrivé au pays en 1665. D'un premier mariage à Claire Rousselot le 3 novembre 1647 à N.-D.-de-Cougnes de La Rochelle, René a eu cinq enfants dont trois sont décédés en bas âge et deux ont encore aujourd'hui des descendants : l'aîné Louis-Fortin Ancelin qui est resté en France et a épousé Françoise Mesnager le 4 février 1675 à La Rochelle et dont on vient récemment de découvrir une descendance en France, et Marie Ancellin qui, ayant épousé Pierre Micheau à Château-Richer en 1667, est l'ancêtre maternel de tous les Michaud d'Amérique.
Claire Rousselot étant décédée le 19 août 1661, René Ancellin, filassier de métier habitant à La Rochelle, s'y remarie à Marie Jouin le 19 janvier 1665. Marie Jouin est née à St Sauveur de La Rochelle et baptisée à Ste-Marguerite le 17 février 1636, de François Jouin et Mathurine Thessereyne dont on vient de retrouver le testament en France.
René Ancelin part aussitôt pour la Nouvelle-France amenant avec lui sa jeune épouse Marie Jouin enceinte d'un premier enfant et sa fille de 14 ans Marie, née de Claire Rousselot. Ils se sont établis d'abord sur la Côte-de-Beaupré à L'Ange-Gardien, puis à St-Jean de l'Île d'Orléans. Ils ont eu cinq enfants dont deux sont décédés au berceau. Leur fils Charles est décédé subitement à 21 ans ¨pendant la messe du dimanche¨ à St-Jean. Les deux autres enfants assureront leur descendance, Marie (la cadette) en épousant Pierre Rondeau et Pierre Fournier de Belleval, puis Philippe Ancelin qui, en épousant Marie-Madeleine St-Pierre, a eu dix fils et une fille qui ont essaimé dans la région de Kamouraska. A la fin du 17e siècle, toute la famille de René Ancelin se retrouve dans la seigneurie de Kamouraska rejoignant ainsi Marie Ancelin l'aînée, mariée à Pierre Michaud. René Ancelin y est décédé le 20 novembre 1695 à environ 95 ans (selon le registre, en réalité, il avait 86 ans et 20 jours) et Marie Jouin le 15 septembre 1702 à 66 ans. Ils sont inhumés sur le site du Berceau de Kamouraska.

Rien ne subsiste de la maison ancestrale de René Ancelin et Marie Jouin à St-Jean, I.O. et d'ailleurs, le contrat de vente de la terre en 1708 par ses héritiers à Michel Fortier, déclare y tenir une ¨vieille méchante maison et vieux hangar¨. Cette terre occupe les numéros de cadastre actuels 279 et 276 moitié ouest et peuvent être localisés par les numéros civiques 987, 993, 1019 et 1023. Leurs descendants se retrouvent aujourd'hui plus éparpillés, en particulier dans les régions de la Mauricie,  Champlain, Vaudreuil, Soulanges, Laprairie, l’Abitibi, l’Estrie, le Pontiac, l'Île-du Grand-Calumet, L'Outaouais, Montréal et plusieurs aux Etats-Unis.